archives-loiret.fr www.loiret.fr

Document à la Une de juillet 2021

Denis Poisson, physicien et mathématicien loirétain

Carte postale de la place du grand cloître à Pithiviers, statue du mathématicien Poisson due à Déligand
Carte postale de la place du grand cloître à Pithiviers, statue du mathématicien Poisson due à Déligand

 (Arch. dép. du Loiret, 11 Fi 5891)

Denis Poisson est un physicien et mathématicien français né le 21 juin 1781 à Pithiviers. Profitons de son 240ème anniversaire pour revenir sur son parcours scientifique que les pithivériens ont longtemps gardé en mémoire grâce à une statue le représentant sur la place du grand cloître.

Un mathématicien né dans le Loiret

Né à Pithiviers le 21 juin 1781, il y a donc 240 ans, Denis Poisson était un physicien et un mathématicien de renom. D’abord orienté vers la profession de chirurgien par son père, il se rend rapidement compte que ce métier n’est pas fait pour lui, étant plus doué avec les chiffres qu’avec ses mains. Il décide alors d’étudier à l’école centrale de Fontainebleau. L’un de ses professeurs, impressionné par son appétence pour les mathématiques, et inspiré par Jean de La Fontaine, dit de lui :

« Petit Poisson deviendra grand, Pourvu que Dieu lui prête vie »

Acte de baptême de Siméon Denis Poisson
Acte de baptême de Siméon Denis Poisson

(Arch. dép. du Loiret, 3 NUM 252 A)

Petit Poisson est devenu grand

En 1798, il réussit brillamment le concours d’entrée à l’École polytechnique, âgé d’à peine 17 ans. Il rédige alors ses premiers mémoires, dont l’un, sur les équations aux différences finies, est publié dans le Recueil des savants étrangers, ce qui est remarquable pour son jeune âge. Le succès de cette publication lui offre une porte d’entrée dans le milieu scientifique. Son diplôme obtenu, il devient répétiteur (assistant du professeur) à l’École polytechnique, puis professeur suppléant en 1802, et enfin professeur complet en 1806. Il devient également membre de l’académie des sciences en 1812. Il se marie en 1817 avec Nancy De Bardy. Il partage dès lors son temps entre ses travaux de recherche, l’enseignement et sa famille. Il écrit de nombreuses lettres à ses parents. Il introduit en 1838 la loi de Poisson sur les probabilités. Après avoir consacré son énergie à des recherches dans des disciplines aussi variées que les mathématiques, l’astronomie et la physique, il meurt en 1840 à Sceaux. Son importance dans le champ scientifique fut telle que Denis Poisson est l'un des 72 savants dont le nom est inscrit sur le premier étage de la tour Eiffel. Son héritage intellectuel est de nos jours encore prégnant.

Une statue à son effigie malheureusement détruite

La ville de Pithiviers a très rapidement cherché à faire honneur à ce grand savant en commandant à Auguste-Louis Deligand, sculpteur d’origine Sénonaise, une statue de Denis Poisson. Celle-ci fut inaugurée le 15 juin 1851, seulement 11 ans après sa mort. Cette œuvre en bronze a orné la place du grand Cloître pendant près de 91 ans, jusqu’à de la Seconde Guerre mondiale. Les besoins en armement de l’Allemagne étaient tels que tous les matériaux nécessaires étaient activement recherchés par les autorités. C’est ainsi que toutes les statues du Loiret ont été recensées en 1941, dont celle de Denis Poisson, pour déterminer celles qui pouvaient êtres utilisées à des fins d’armement.

Liste issue du rapport de la commission départementale chargée de déterminer les statues du Loiret pouvant être conservées ou enlevées
Liste issue du rapport de la commission départementale chargée de déterminer les statues du Loiret pouvant être conservées ou enlevées

(Arch. dép. du Loiret, 169 W 29789)

La statue de Denis Poisson a été finalement fondue, parmi d’autres, pendant l'occupation en 1942. Un moulage des deux reliefs qui ornaient le socle ainsi qu'un plâtre au 1/5ème de la statue ont tout de même été réalisés avant la fonte, et sont depuis conservés au Musée municipal d'Art et d'Histoire de Pithiviers.

Le saviez-vous ?

Quel point commun a Denis Poisson avec Henri Becquerel, prix Nobel de physique en 1903 pour ses recherches sur la radioactivité, et Henry-Louis Duhamel Du Monceau, à la fois physicien, botaniste et agronome ? La réponse : au-delà d’être des scientifiques extrêmement connus, ils ont tous les trois des origines loirétaines. Nous avions déjà écrit un article, à l’occasion de la fête de la science de 2015, au sujet de Duhamel Du Monceau. Retrouvez le ici.

Pour aller plus loin :

Tous les deux mois, les Archives départementales du Loiret mettent en valeur un document extrait des fonds présenté sur le Site des archives historiques et généalogiques, 6 rue d'Illiers à Orléans. Découvrez tous les documents du mois.